Comment fonctionne un ethylotest ?

Quel automobiliste digne de ce nom n’a pas subi un test d’alcoolémie au cours d’un contrôle routier par les autorités ? Électronique ou chimique, l’éthylotest évalue la quantité d’alcool dans l’organisme du conducteur. Néanmoins, il est important de comprendre le cheminement physiologique de l’alcool avant de pouvoir le détecter avec un éthylotest.

Circuit de l’alcool dans le corps

L’alcool consommé se loge directement dans l’estomac avant d’être convoyé dans le petit intestin et le foie. Trente minutes seulement après l’absorption, l’alcool est déjà dans le sang. Aucun artifice ne ralentit sa circulation, seul le temps donne lieu à une partielle évacuation (environ 90 %) de ses effets. Le reste transite par les veines et les poumons où il sera expulsé. Autrement dit, quand nous respirons, l’oxygène pénètre dans le sang alors que l’alcool fait le chemin inverse. C’est pour cette raison biologique que l’alcool est dépistable par l’intermédiaire de notre haleine.
Par ailleurs, l’alcool dégrade la faculté de nos neurones. En effet, l’alcool contient de l’éthanol qui se dissout dans les lipides et l’eau. Comme les cellules nerveuses sont composées de corps gras, l’éthanol s’introduit dans les neurones et les altère. Par voie de conséquence, le flux nerveux s’en retrouve également perturbé et le consommateur n’est plus tout à fait en pleine possession de ses moyens.

Une détection par réaction chimique

De manière générale, le contrôle de l’alcoolémie s’effectue par le biais d’un éthylotest chimique. Pour la petite histoire, au poste de police, les forces de l’ordre utilisent la méthode électronique en raison de sa précision sur les résultats. L’éthylotest est à usage unique et apparaît sous la forme d’un petit sac avec un embout à son extrémité, dans lequel le conducteur doit souffler. Il se compose de dichromate de potassium (appelé également bichromate de potassium), solide ionique de couleur orangée. L’éthanol expiré réagit à ce composé chimique par un effet d’oxydo-réduction. En pratique, l’éthanol oxyde les ions dichromates, ce qui provoque le changement de couleur vers le bleu ou le vert. Bien entendu, il faut une quantité conséquente d’éthanol pour causer cette réaction chimique.
Pour que cette réaction s’opère efficacement, l’éthylotest comprend un catalyseur. En effet, le nitrate d’argent précipite la réaction et permet d’obtenir un résultat en 1 minute 30. La présence de l’acide sulfurique permet d’intercepter les molécules d’eau dans l’air expiré.

Le procédé chimique permet de détecter la présence d’alcool dans l’organisme. Cependant, cette méthode n’est pas fiable à 100 %. À certains moments, la couleur change de couleur alors que le conducteur n’a pas consommé d’alcool. Cette réaction s’explique par la présence naturelle d’éthanol dans notre haleine et elle se manifeste par la fermentation. Dans ce cas de figure, un test d’alcoolémie électronique semble inéluctable.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.
Fais peter les commentaires !